Make A Difference
-37%
Le deal à ne pas rater :
Nike – Débardeur de running pour Femme à 25€
25 € 40 €
Voir le deal

Intrigue 1.2 : Dust everywhere !
Make A Difference :: 03 Astoria :: Hillcrest Heights
MAD
MAD
choose your justice
Occupation : Being MAD
Habitation : Astoria
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Tumblr_ozh0owSVc61t1zraco1_400
Mer 28 Oct - 9:34 #
.
Débat.

Nora, Joséphine,

Beatriz et Joaquim



31 Octobre 2020 | 17h30 | Restaurant Tiki’s - Hillcrest Heights


L’obtention des deux étoiles n’a pas suffit au patron du Tiki’s, qui souhaite diversifier l’offre de son restaurant. Pour cela, des évènements sont organisés en journée, dans une magnifique salle de réception. Aujourd’hui, un débat est prévu entre plusieurs grands auteurs, sur le thème très attendu de la littérature horrifique.

Nora, tu es l’une des têtes affiches de cet évènement. Ton nom a contribué à faire venir le public, et surtout, tout le monde attend tes frasques avec impatience.
Joséphine, suite aux divers incidents survenus lors des séances de lecture de Nora, tu es là au cas où, pour prendre les choses rapidement en main si ta cliente venait à faire des siennes une nouvelle fois.
Joaquim, ta carrure en impose, comme ton air bourru. Avec quelques uns de tes collègues de Gordian Knot, tu assures la sécurité du lieu.
Beatriz, tu es venue en tant que spectatrice, poussée par la curiosité et pour te changer les idées.

Le long des murs, des tables garnies de macarons, pâtisseries, petits fours et toasts attendent chacun. Des boissons sans alcool sont également prévus. Au fond, sur une petite estrade prévue pour l’occasion, la table attend les auteurs. En face, de confortables chaises sont disposées. Dès que tout le monde est là, la lumière se tamise, créant une ambiance feutrée, propice au thème.

Des effets sonores sont même diffusés. Charmante ambiance ! Le débat débute. Un homme d’une soixantaine d’années lance aussitôt :

“L’horreur n’est pas un véritable sujet de littérature ! Aucun grand écrivain ne provient de ce genre !”

Sifflements dans le public. Cela commence bien !

Et vous, vous sentez-vous bien là ? Ce courant d’air sur votre nuque n’est-il pas trop frais ? Aimez-vous les ouvrages d’horreur ?



Rappel En participant à cet event, vous avez la possibilité de faire évoluer l'intrigue générale du forum. Les actions de vos personnages peuvent être lourdes de conséquences pour l'avenir d'Astoria, ou celui de votre personnage. N'agissez donc pas à la légère, tenez compte des possibles répercussions pour vous.

Certains indices seront glissés au fur et à mesure des intervention du MJ. À vous de vous en saisir, ou de les ignorer.

Nous vous faisons confiance pour privilégier les réponses brèves et faire preuve de régularité.

Pour les actions pouvant bouleverser le cours des évènements, vous pouvez effectuer, si vous le souhaitez, un jet de dés dans le flood associé à votre sujet. Ce lancer pourra également être requis par votre MJ lors d'une de ses interventions.

Un MJ interviendra régulièrement.

Rappel Pour vous organiser, discuter et faire vous jets de dés, vous trouvez un flood juste ici

Bonne chance à vous !

Nora Williams
Nora Williams
5 pièces d'or et un sandwich au poulet
Âge : 29 ans
Supers : Chimera peut créer l'illusion d'à peu près tout et n'importe quoi. Pourvu qu'elle l'est déjà vu. Durant un court laps de temps, elle peut créer un objet, une animal voire une personne. A de rares fois, elle a pu plonger des personnes dans un décor totalement différent, au point de lui faire oublier ce qu'il y a réellement autour. Mais cette capacité lui prend beaucoup trop d'énergie. Les rares fois où elle a dû l'utiliser, elle y a été contrainte pour sauver sa peau et a mis des jours à s'en remettre. Elle reste donc sur des choses simples et plausibles, qui ont d'ailleurs parfois plus d'effets qu'une grosse mise en scène. Inutile d'en faire des caisses pour être crédible, elle l'a bien compris. Nora reste cependant prudente : à trop jouer, ce pouvoir pourrait certainement la rendre plus folle qu'elle ne l'est déjà.
Occupation : Ecrivain
Habitation : Hillcrest Heights
Queen of the ashes
Mer 28 Oct - 13:21 #
.
Je soupire, les bras croisés, pendant que mon éditeur me supplie de me tenir à carreau. Ce qu'il est chiant, bordel. Comme si, moi, je faisais des vagues. Ce n'est arrivé que quelques fois... Et puis, il devrait être content, ça fait le buzz et je suis toujours en tête d'affiche. Je regarde mes ongles en me demandant combien de temps je vais devoir faire le monstre de foire devant tous ces gens. Je finis par partir sur l'estrade en laissant mon éditeur au milieu d'une phrase.

J'inspecte la table, change les noms pour me retrouver au centre et pousse les chaises des personnes à côté de moi pour qu'ils ne soient pas trop proches. Et ces chaises, mon Dieu, qui a inventé cette horreur ? Je vais avoir mal au dos avec ça. Je grommelle, m'installe, et fusille tous les auteurs du regard. Que des merdeux sans talent, ils osent me mélanger avec ces bouseux. Je lorgne des yeux le buffet que mon éditeur m'a interdit de toucher, sachant pertinemment que je ne le quitterai plus. Salaud, j'ai faim.

La débat commence et un idiot prend la parole. Je croise les bras et mes yeux roulent dans leurs orbites. Faut-il lui faire bouffer du cerveau pour qu'il puisse réfléchir convenablement ? Un auteur prend la parole. Elle essaie d'être diplomate et de peser le pour et le contre pour le faire changer d'avis. Comme si ça marchait. Je tapote sur mon micro. Un bruit assourdissant qui coupe ma consœur dans ses explications. Tout le monde me regarde. Je me racle la gorge, papillonne mes paupières d'une manière qui veut clairement dire que je m'emmerde et prends une grande respiration agacée avant de m'adresser à l'homme :

«  - Peut-être que ton petit cerveau n'a pas les capacités pour comprendre ce qu'est un genre littéraire, encore moins pour ce qu'il en est de l'horreur. Mais si tu manques d'imagination, je peux toujours t'obliger à bouffer tes propres couilles. Ça te donnera une idée de la détresse des personnages de roman d'horreur et ça fera un teasing parfait pour le public ici. »

Silence dans la salle, je le fixe comme si j'allais le tuer. Il a l'air pathétique, ce connard. Je rêve qu'il me dise oui pour le voir faire.


evil woman



Spoiler:
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Rej3Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! B068Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ziu8
Josephine Sørensen
Josephine Sørensen
Il va faire tout rang
Âge : 39 ans
Supers : Détecteur de mensonge
Occupation : Avocate spécialisé dans les affaires de Supers
Habitation : Burton Ridge
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ezgif.com-gif-maker_1
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ezgif.com-gif-maker
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Tumblr_o8sf83Y1sl1rskel5o2_r2_250
https://makeadifference.forumactif.com/t806-better-call-jo
Mer 28 Oct - 14:43 #
.
Au vue des récents évènements, Josephine avait pris la peine de réorganiser son emploi du temps pour pouvoir assister elle-même au débat sur la littérature horrifique. Elle avait fourni cet effort, non pas par passion pour le genre littéraire, mais pour servir un double objectif. Le premier était évidemment de garder un œil sur Nora Williams, cliente plus que régulière. Le second, bien moins avouable, avait été de pouvoir venir serrer la main de son éditeur après avoir salué chaleureusement l'auteur de romans à succès. Lui, elle l'avait regardé de bas en haut, toujours souriante, avant de lui dire qu'elle était espérait qu'il excellerait aujourd'hui dans son domaine aussi bien qu'elle le faisait dans le sien. Il avait saisi le sous-entendu. Ce fut suffisant pour la faire se sentir bien.


Un verre à la main, Josephine avait ensuite vogué entre les spectateurs. Joaquim reçu un regard appuyé de sa part, discret et unique. Sa présence avait quelque chose de rassurant quand on connaissait les habitudes de Nora. Beatriz bénéficia quant à elle d'un échange de politesses en bonne et due forme. - Madame Anderson, quel heureux hasard. J'espère que vous vous portez bien depuis notre dernière rencontre. J'ignorais que la littérature comptait parmi vos passions. Elle écouta poliment la réponse, sans hésiter à rebondir sur le sujet. - Je vais m'installer au premier rang. Si vous voulez m'accompagner, vous êtes la bienvenue.


Assise sur sa chaise, au bord de la première rangée, de sorte à pouvoir s'en extirper facilement au besoin, Josephine se tenait droite. Elle paraissait absolument à son aise, imperturbable. La lumière se tamisa enfin, et le débat put commencer. Sa bouche se pinça imperceptiblement quand un homme prit la parole. Quelle idée idiote d'avoir mis sa cliente dans cette situation. Ou son éditeur était secrètement amateur des situations rocambolesques, ou il manquait cruellement de discernement. Insupportable incompétence. De sa position de simple spectatrice, elle fut contrainte de se résoudre à laisser passer l'orage. La menace publqiue résonna de sincérité. Mieux valait que l'homme se taise s'il ne voulait pas subir le courroux de l'explosive auteure. Dans un coin de sa tête, l'avocate nota de se renseigner sur le type en question, juste au cas où il lui prendrait l'envie de faire des vagues. Son regard se porta sur Nora. Elle la fixa avec autorité. Elles allaient devoir travailler ensemble pour que ces éclats de colères ne la mettent plus légalement en danger.


Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Signa

“I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.”
- Oscar Wilde -
Beatriz Anderson
Beatriz Anderson
Rang super naze
Âge : 38 ans mais allant sur ses 39 ans
Supers : Gazéification
Occupation : Hôtesse de l'air
Habitation : Burton Ridge
https://makeadifference.forumactif.com/t962-beatriz-anderson-fly
Mer 28 Oct - 17:52 #
.
Un petit flyer distribué dans la rue annonçait une sorte de débats d'auteurs au restaurant Tiki's. Visiblement cela portait sur le genre de l'horreur. Assez intéressant. J'imaginais bien qu'ils n'allaient pas parler uniquement de Stephen King ou bien des clichés de l'horreur. Mais j'étais assez curieuse de voir ce qui allait se passer. Et surtout, qui dit restaurant dit souvent gourmandises en tout genre!

J'étais à peine arrivée sur les lieux, que l'avocate Sørensen me reconnut. Et bien, les grands esprits se rencontrent! C'est d'ailleurs celle-ci qui s'adressa à ma moi la première.

«Bonjour madame. Et bien c'est plus par curiosité que je suis en ces lieux.» lui répondis-je, un peu surprise de la revoir ici.

La jolie blonde me proposa de la rejoindre. Dis-donc, qu'est-ce qu'elle était amicale. Et dire que certains détestaient relier vie professionnelle et vie privée.

«D'accord, je vais chercher des petites gourmandes et je vous rejoins vite!» dis-je avec un petit sourire d'un air enjoué.

Je m'installais sur une des places non loin de l'avocate avec quelques petits macarons dans une petite assiette. Je sais, c'est pas forcément poli de prendre une gourmandise pendant la discussion entre les auteurs et nous, le public. Mais bon dieu, qu'est-ce que j'ai faim! Et qu'est-ce que c'est bon!

Et puis, lors de la première bouchée pendant qu'un auteur répondait à une question d'un homme du public, une femme aux cheveux bruns prit la parole. Ce ce qu'elle dit faillit m'étouffer avec le macaron que je venais de croquer goulûment. J'étais choquée de voir une autrice à succès s'en prendre ainsi à celui qu'elle nommait comme étant un «petit cerveau». En le voyant, j'avais l'impression qu'il ne savait pas du tout où se mettre. Je finissais rapidement le macaron que j'étais en train de manger. Je me contentais de cacher les autres petites gourmandises restantes sur mes genoux. Loin de moi l'envie d'être mis au centre de l'attention, surtout de cette manière.
Je relisais tout de même rapidement le flyer, de manière discrète, afin de vérifier que je ne m'étais pas trompée d'endroit... Non, il n'était pas inscrit un quelconque lynchage du public par les auteurs mais bien débat sur l'horreur. Donc c'était une petite mise en bouche de la part de l'autrice. C'était loin d'être le petit goût au paradis auquel j'avais espéré. Il y avait une tension palpable dans l'auditoire. Ça sentait plutôt un aller simple jusqu'en enfer. C'était bien parti pour un débat très enflammé.
Joaquim Cervera-Bernal
Joaquim Cervera-Bernal
Rang super naze
Âge : Quarante ans.
Supers : Zappa | Pyrokinésie - Il peut manipuler le feu sous toutes ses formes, de la petite flammèche à l'incendie. Il ne peut cependant pas le créer, aussi doit-il avoir une source à proximité s'il souhaite le commander.
Occupation : Officiellement vigile sécurité pour l'entreprise Gordian Knot. On l'envoie également "récupérer" les objets des clients en cas de vol. | Officieusement, membre de la cellule criminelle du même nom. Il n'a pas son pareil pour crocheter une serrure avec ce qui lui tombe sous la main. Il assure aussi les arrières des chapardeurs en cas de pépin.
Habitation : Un appart' miteux à Southwood. Il aime la discrétion.
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Yl85
https://makeadifference.forumactif.com/t891-joaquim-burn-baby-bu
Sam 31 Oct - 11:51 #
.
D'ordinaire, la Gordian Knot se montrait plus, disons ... Sélective, dans sa clientèle. Servir de garde-chiourmes durant un rassemblement de scribouillards, jetés en pâture à un public plus ou moins là pour les brosser dans le sens du poil, ou, au mieux, faire travailler leurs trois neurones pour poser des questions aussi profondes que le vide de leur âme, ce n'était pas exactement la mission rêvée. D'un autre côté, on les avait aussi déjà envoyé assurer la sécurité des Guards. Bizarrement, Joaquim doutait que l'expérience soit aussi agréable. En gros, il était persuadé qu'il allait s'ennuyer ferme, engoncé dans son costume noir, l'oreillette invisible désespérément muette calée contre son tympan. Heureusement, cela faisait quelques années maintenant que l'ex-flic avait appris à mimer un fort intérêt pour ce qui l'entourait.

Et gracias a Dios, la brune qu'il avait vu réarranger le plan de table et pousser les sièges de ses co-invités ne tarda pas à relever le niveau d'ambiance. S'il s'était montré absolument impassible à l'intervention du petit malin provocateur, il retint avec grande difficulté un haussement de sourcil appréciateur à celle de la brune, une certaine Nora Williams. Il entendit même un gloussement à sa gauche, lâché par l'un de ses collègues. En tant que chef d'équipe du jour, il asséna à ce dernier une œillade noire. L'autre reprit aussitôt son sérieux. L'instant suivant, le Super appuyait discrètement sur le lobe de son oreille, lâchant un : « On reste en place. » laconique, mais qui signifiait, malgré ces quelques mots, que chacun devait se préparer à intervenir si besoin. Car, si pour l'instant, l'attaquant semblait dans ses petits souliers, soufflé par la violence de l'autrice - et peut-être par la perspective de devoir se déguster le service trois-pièces -, rien ne disait qu'il en resterait là. Lui ou quelqu'un d'autre, d'ailleurs.
MAD
MAD
choose your justice
Occupation : Being MAD
Habitation : Astoria
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Tumblr_ozh0owSVc61t1zraco1_400
Sam 31 Oct - 15:05 #
.
Débat.

Nora, Joséphine,

Beatriz et Joaquim



31 Octobre 2020 | 17h30 | Restaurant Tiki’s - Hillcrest Heights



Le sexagénaire regarde Nora, choqué de cette prise de parole. Il prend un verre d'eau, visage rougi par la colère qui monte en lui. Il ne tarde pas à répliquer :

"On vous reconnait bien là, Miss Williams, à proférer des insanités plutôt qu'écrire un bon livre ! Si vous n'étiez pas si prompte à créer des scandales, jamais vous n'auriez autant vednu ! Vous n'êtes pas auteure, vous n'êtes qu'un clown !"

Une vague de murmures emplit la salle. Certains approuvent, d'autres s'offusquent. L'organisateur prend le micro, se forçant à rire.

"Et bien, et bien, quelle entrée en matière, n'est-ce pas ? Si nous nous recentrions sur le débat, vous voulez ? Quelqu'un a peut-être une question dans le public ?"

Non loin de Joséphine et Beatriz, une jeune femme lève la main mais l'organisateur choisit quelqu'un d'autre. Le visage de l'inconnue se referme brusquement, vexée. Ses doigts triturent nerveusement un toast qu'elle émiette sur sa jupe...

Informations de jeu :

Nora, si tu choisis de répliquer au lieu de poursuivre le débat, tu peux lancer un dé :
1-2 : Le sexagénaire t'envoie la fin de son verre d'eau au visage après ta nouvelle pique
3-4 : On te demande de faire une pause et de quitter temporairement la table si tu insistes
5-6 : Une personne du public se met à te huer

Aux autres, si vous choisissez d'approcher la jeune femme ignorée :
1-2 : Elle éclate en sanglots dans vos bras
3-4 : Elle vous crie dessus que personne ne la remarque jamais
5-6 : Elle se lève et quitte précipitamment sa place pour retourner au buffet


Bonne chance !

Nora Williams
Nora Williams
5 pièces d'or et un sandwich au poulet
Âge : 29 ans
Supers : Chimera peut créer l'illusion d'à peu près tout et n'importe quoi. Pourvu qu'elle l'est déjà vu. Durant un court laps de temps, elle peut créer un objet, une animal voire une personne. A de rares fois, elle a pu plonger des personnes dans un décor totalement différent, au point de lui faire oublier ce qu'il y a réellement autour. Mais cette capacité lui prend beaucoup trop d'énergie. Les rares fois où elle a dû l'utiliser, elle y a été contrainte pour sauver sa peau et a mis des jours à s'en remettre. Elle reste donc sur des choses simples et plausibles, qui ont d'ailleurs parfois plus d'effets qu'une grosse mise en scène. Inutile d'en faire des caisses pour être crédible, elle l'a bien compris. Nora reste cependant prudente : à trop jouer, ce pouvoir pourrait certainement la rendre plus folle qu'elle ne l'est déjà.
Occupation : Ecrivain
Habitation : Hillcrest Heights
Queen of the ashes
Sam 31 Oct - 17:25 #
.
Un clown ? Je respire, comme mon psychologue me l'a conseillé : dix secondes pour faire passer la colère et se contrôler... Un... Deux... J'ai les lèvres qui se pincent, Trois... Quatre... Mes narines se dilatent de colère. J'ai envie de mettre mes mains autour de son cou pour le faire cesser de raconter des conneries. Cinq... Six... Je me lève et d'un geste théâtrale, lève mes mains en l'air en direction du public.

« - Si je suis un clown, je suis la reine et vous autres êtes les bouffons. Et toi, tu es le fou de la reine. Juste ici pour amuser la galerie et m'aider à faire encore plus parler de moi. Tu te plains de la machine que tu alimentes... C'est assez pathétique, il faut dire. »

Mes yeux s'assombrissent légèrement, peu perceptible, je suis prête à utiliser mon pouvoir sur ce pantin... Mon éditeur monte sur scène, m'interrompt dans mon élan en m'attrapant par la taille et essaie de me faire sortir. Nous nous chamaillons quelques minutes devant tout le monde, on s'échange des noms d'oiseaux, je le menace de mort quelques fois, tente de lui griffer le visage et tandis qu'il attrape difficilement le micro pour lancer un : « Mlle Williams va prendre une pause ». Je grogne et sors de l'estrade. Ils continuent comme si de rien était.

Mon éditeur me confie à un garde du corps, celui qui semble être le chef des autres. [@Joaquim Cervera-Bernal]

« - Je vous la confie, protégez les autres d'elle, le temps qu'elle se calme, je vous en supplie.
- Tu vas mourir, je vais t'étrangler avec tes tripes. Tu vas me supplier de t'achever. »


Il déglutit et s'en va. Lâche. Je lance un regard au colosse à côté de moi. Un titan qui scrutait la nana, échantillon anormal. Je croise les bras et serre les dents puis me tourne vers lui. C'est pas Jason Momoa, mais je le mangerai bien aussi.

« Je vous donne un billet si vous me laissez lui casser la gueule. Sinon, on peut toujours trouver une autre occupation. »

Sourire insolent en coin tandis que je me tourne pour regarder le public d'idiots. J'ai l'impression que Joséphine n'est pas contente. Devinez qui va encore se prendre un savon ? Faut bien que je lui donne du taff... Non ?


evil woman



Spoiler:
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Rej3Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! B068Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ziu8
Josephine Sørensen
Josephine Sørensen
Il va faire tout rang
Âge : 39 ans
Supers : Détecteur de mensonge
Occupation : Avocate spécialisé dans les affaires de Supers
Habitation : Burton Ridge
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ezgif.com-gif-maker_1
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ezgif.com-gif-maker
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Tumblr_o8sf83Y1sl1rskel5o2_r2_250
https://makeadifference.forumactif.com/t806-better-call-jo
Mar 3 Nov - 22:01 #
.
Confortablement assise sur son siège, l'avocate sentit la tempête se déchaîner, aussi sûrement que si elle s'était tenue entre les deux opposants. Blessé dans son orgueil, le sexagénaire s'offusqua avant de contre-attaquer. Quelle erreur monumentale... Nora ne tarda pas à lui rendre la monnaie de sa pièce avant d'être interrompue par son éditeur. L'avocate l'observa sortir la jeune femme de force, comme on gronderait une enfant qui n'aurait pas été sage. Il l'infantilisait clairement. Elle attendit que le débat reprenne pour se tourner vers la jeune femme à ses côtés. - Excusez moi, Madame Anderson, je reviens tout de suite, chuchota-t-elle a sa voisine, un sourire poli au coin des lèvres.

Josephine gardait sa tranquillité, fidèle à elle-même, se félicitant d'avoir choisi une place à l'extrémité de la rangée. Elle rejoignit Nora sans faire preuve de la moindre hâte. Celle-ci semblait déjà en conversation avec Joaquim. Arrivée à leur hauteur, elle les salua d'un mouvement de tête. - Pardonnez-moi de vous interrompre, je souhaiterais m'entretenir avec Mademoiselle Williams. J'ignore ce que vous a dit son éditeur en vous la confiant, néanmoins, je ne crois pas que vous travailliez pour lui, aujourd'hui. Elle ne posera pas de problème.

Josephine posa son regard clair sur la volcanique auteure. Plutôt que de miser sur la possibilité, tout à fait réelle, qu'elle s'emporte de nouveau, l'avocate préférait faire preuve de confiance en son discernement. Elle s'adressa directement à sa cliente. - Nora, regardez-moi. Le ton était sans appel tout en gardant cette tonalité bienveillante qui lui appartenait. Ce n'était ni un ordre, ni une supplique. La conversation se déroulerait d'égal à égal. - Cet imbécile, qui a cherché à vous humilier publiquement continue de participer à un débat alors qu'on vous a écarté du devant de la scène. Ne croyez-vous pas qu'il est peut-être temps de prouver que vous être bien au-dessus du venin qu'ils peuvent cracher ? Redressez-vous, relevez le menton. Vous êtes suffisamment intelligente pour l'écraser sans avoir recours à la violence. Que restera-t-il de lui quand vous aurez prouvé la vacuité de ses propos ? Attaquez son orgeuil. Battez le à son propre jeu. Il n'aura plus rien à dire pour sa défense et votre victoire sera sans appel. Elle marqua une pause. - Vous dîtes être une reine ? Je vous propose d'agir en conséquence. Un sourire énigmatique releva le coin de sa bouche. Elle laissa à sa cliente le temps d'intégrer sa diatribe et prit le temps de faire tourner son jus de fruit dans son verre. D'un haussement de sourcils, elle indiqua la direction de l'éditeur. - Il vous traite comme une enfant capricieuse. Ce n'est pas une raison pour lui faire plaisir en agissant de la sorte. Vous et moi, nous savons pertinemment que vous valez bien mieux que cela.



Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Signa

“I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.”
- Oscar Wilde -
Beatriz Anderson
Beatriz Anderson
Rang super naze
Âge : 38 ans mais allant sur ses 39 ans
Supers : Gazéification
Occupation : Hôtesse de l'air
Habitation : Burton Ridge
https://makeadifference.forumactif.com/t962-beatriz-anderson-fly
Sam 14 Nov - 21:07 #
.
Malgré cette tension assez terrible, visiblement non content, l' homme réagit assez violemment face aux propos de l'autrice. Ceux-ci sont aussi vexants que ceux lancés par la brune. Je me demande finalement ce que je fais ici. Est-ce que je ne peux tout simplement pas m'éclipser de la manière la plus discrète possible ? Je regarde à droite, à gauche. Mais tout porte à croire que ma sortie risque d'être plus que visible et de faire des blagues. Et je n'ai actuellement aucune envie de m'évaporer comme ça en laissant toutes mes affaires ici. Et je n'ai pas envie d'attirer les foudres de cette femme non plus.

Je lance un regard d'incompréhension à l'un de mes voisins. Nous semblons l'un et moi comme surpris par la tournure de cet événement. Pendant que la fameuse autrice s'embrouille avec une autre personne, une autre semble s'amuser à prendre le tout par vidéo. Tandis qu'un autre semble prendre des photos. Des journalistes ? A moins que ce ne soit des fans souhaitant relayer cette scène. Oùlàh, ça risquait de faire mauvaise presse

Puis la jeune autrice commence à sortir de ses gongs. Mon dieu. Ma main droite se porta sur ma bouche, tandis que mes yeux semblaient sortir de leur orbites. Tout semble s'enchaîner assez rapidement, un peu trop certainement pour ma part. J'ai la nette impression d'avoir raté plusieurs épisodes. Ma voisine, l'avocate, me glissa un mot. Était-elle avec la furie ? Ou souhaite-t-elle arranger les choses ? Dans tous les cas je prie pour que celle-ci calme cette autrice. Croisons les doigts pour que cette tempête se calme.
Enfin, peut-être que je pourrais aller parler quelques minutes à ce monsieur ? Après tout, j'ai déjà connu de pareilles situations entre divers passagers. Mais visiblement, il semble être réconforté par une de ses voisines. Sa femme peut-être ?
Puis, mon regard se porte vers une femme. Celle-ci semble plus que contrariée. Si je ne m'abuse, elle devait lever la main tout à l'air. Comme d'autres. Je regarde les autres spectateurs, mais elle seule semble assez contrariée par la tournure. Je regarde pour voir si quelqu'un s'occupe d'elle. Mais chacun de ses voisins semble accompagné d'une tierce personne. Le plus étrange, ce n'est pas qu'elle soit toute seule, c'est plutôt ce truc qu'elle fait avec son toast. C'est un peu sale ce qu'elle fait. Peut-être un toc ? Des mains se lèvent, tandis que cette femme semble se recroqueviller un peu plus sur elle. Cette dame remue une de ses bagues. Je décide de m'approcher d'elle, en essayant d'être la plus discrète possible mais aussi de ne pas embêter qui que ce soit. Je m'approche de celle-ci et tente de l'aborder.

«Excusez-moi de vous déranger madame mais...»


Je n'ai même pas le temps de continuer ma phrase que celle-ci part précipitamment. Elle part sans demander son reste vers le buffet. Mais ... Quel toupet! Je n'en crois pas mes yeux! Mais... Mais... C'est quoi cette façon de faire! Je remarque qu'elle a visiblement laissé une bague. J'hésite à rejoindre la femme. Mais soit je laisse cette bague en l'état et elle pourrait être volée, soit je la rejoins.
Je regarde la conférence et le buffet. Je choisis le buffet mais ne sachant si je fais le bon choix...
Joaquim Cervera-Bernal
Joaquim Cervera-Bernal
Rang super naze
Âge : Quarante ans.
Supers : Zappa | Pyrokinésie - Il peut manipuler le feu sous toutes ses formes, de la petite flammèche à l'incendie. Il ne peut cependant pas le créer, aussi doit-il avoir une source à proximité s'il souhaite le commander.
Occupation : Officiellement vigile sécurité pour l'entreprise Gordian Knot. On l'envoie également "récupérer" les objets des clients en cas de vol. | Officieusement, membre de la cellule criminelle du même nom. Il n'a pas son pareil pour crocheter une serrure avec ce qui lui tombe sous la main. Il assure aussi les arrières des chapardeurs en cas de pépin.
Habitation : Un appart' miteux à Southwood. Il aime la discrétion.
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Yl85
https://makeadifference.forumactif.com/t891-joaquim-burn-baby-bu
Dim 15 Nov - 0:20 #
.
Sous son masque de garde du corps, Joaquim s'interrogeait franchement. Après tout, pourquoi se pointer à un débat sur un certain genre littéraire, si c'était juste pour démonter ce dernier purement et simplement ? Bon, cela dit, pour sa part, il n'y connaissait pas grand-chose. Le dernier bouquin qu'il avait lu s'intitulait "de la délicatesse de la plomberie" - et le sujet était réellement la plomberie, qu'on soit clairs. On devait être en 2008, soit avant qu'il fasse comme tout le monde et se mette aux tutos sur Youtube. De ce fait, il n'entendait rien au thème abordé ce soir, pas plus qu'il ne connaissait l’œuvre de l'autrice accusée. En revanche, il lui reconnaissait un sacré répondant et ... Le culot qui allait avec. L'agent paniqué lui confia d'ailleurs le roquet à la langue acérée, laquelle ne se gêna pas pour lui faire deux offres pour le moins inattendues. Le Colombien hésitait entre lui tapoter le crâne et lui donner un sucre. « Et une troisième option qui inclurait de vous calmer un peu n'est pas du tout envisageable, je suppose ? » interrogea-t-il, purement rhétorique et vaguement moqueur. Il avait provoqué plus épais que ça. Quelque part, il trouvait son attitude teigneuse divertissante. Peut-être même qu'elle pouvait mordre. Et si lui, lui glissait un petit billet, juste pour voir ? En aurait-il vraiment eu l'intention qu'il dut s'abstenir. Une belle blonde endimanchée qui était loin de lui être inconnue les rejoignit. « Maître. » répondit-il laconiquement. Il n'avait pas le choix que de s'exécuter, reculant d'un pas afin de laisser un semblant d'intimité aux deux femmes. Tandis que Joséphine faisait son petit laïus digne d'un cours de développement personnel slash brossage dans le sens du poil à celle qui était aussi sa cliente, il remarqua la femme qui quittait sa place. Elle venait d'être approchée par une autre membre du public et l'avait fuit un peu trop prestement pour retourner vers le buffet. Le Super fronça légèrement les sourcils. C'était son boulot, de se méfier de tout, et surtout de tout le monde. « Surveillez le coin, ça s'agite dans la salle. » A son collègue près du buffet, il fit un signe de tête. Le vigile se rapprocha discrètement de l'inconnue agitée.
MAD
MAD
choose your justice
Occupation : Being MAD
Habitation : Astoria
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Tumblr_ozh0owSVc61t1zraco1_400
Lun 16 Nov - 10:16 #
.
Débat.

Nora, Joséphine,

Beatriz et Joaquim



31 Octobre 2020 | 17h30 | Restaurant Tiki’s - Hillcrest Heights



Si le débat reprend tant bien que mal et que les auteurs à table se lancent dans leur argumentation de façon assez sage maintenant, beaucoup de têtes dans le public sont tournées vers Nora. Smartphones à la main, nul doute qu'ils attendent la suite.

Pour calmer l'assemblée et détendre l'atmosphère, l'organisateur envoie ses serveurs déambuler dans les rangs. Petits fours et boissons rafraîchissantes sont proposés à tous, et tout à l'air délicieux si on en croit la jeune femme précédemment installée près de Beatriz qui dévore maintenant un plat de macarons. Difficile pour vous Mesdames d'y résister, n'est-ce pas ?

Informations de jeu :

Joséphine, Nora et Beatriz, si la gourmandise vous tente, et nous savons comme vous en avez envie, voici vos choix :
1-2 : La nourriture ou boisson choisie est délicieuse et sans effet, quelle chance !
3-4 : La nourriture ou boisson choisie est délicieuse et vous vous sentez un peu étrange ensuite, mais ce n'est pas désagréable, youpi !
5-6 : La nourriture ou boisson choisie est délicieuse et vous sentez de légers frissons courir le long de votre colonne vertébrale, bizarre !

Joaquim, tu restes professionnel et ne touche à rien pour le moment, cependant tu remarques un serveur un peu trop insistant :
1-2 : Tu le gardes simplement à l'oeil
3-4 : Tu vas le trouver pour l'emmener à l'écart
5-6 : Tu vas pour le rejoindre mais un autre te barre la route, renversant son plateau sur toi
Attention, selon ton résultat, tu recevras un mp en suivant !


Bonne chance !

Nora Williams
Nora Williams
5 pièces d'or et un sandwich au poulet
Âge : 29 ans
Supers : Chimera peut créer l'illusion d'à peu près tout et n'importe quoi. Pourvu qu'elle l'est déjà vu. Durant un court laps de temps, elle peut créer un objet, une animal voire une personne. A de rares fois, elle a pu plonger des personnes dans un décor totalement différent, au point de lui faire oublier ce qu'il y a réellement autour. Mais cette capacité lui prend beaucoup trop d'énergie. Les rares fois où elle a dû l'utiliser, elle y a été contrainte pour sauver sa peau et a mis des jours à s'en remettre. Elle reste donc sur des choses simples et plausibles, qui ont d'ailleurs parfois plus d'effets qu'une grosse mise en scène. Inutile d'en faire des caisses pour être crédible, elle l'a bien compris. Nora reste cependant prudente : à trop jouer, ce pouvoir pourrait certainement la rendre plus folle qu'elle ne l'est déjà.
Occupation : Ecrivain
Habitation : Hillcrest Heights
Queen of the ashes
Sam 21 Nov - 13:27 #
.
Le colosse me propose une troisième option. Autant vous dire que c'est celle qui m'attire le moins. J'affiche une moue déçue en le fixant. Croisant les bras, je le reluque. Je lui pardonne pour sa belle gueule.

- Oubliez le boulot et prenez un peu de bon temps, vous ne serez pas déçu.

Joséphine arrive pour demander à parler avec moi. Je me tourne vers elle et lâche un profond soupire lorsqu'elle insiste pour que je la regarde, m'attendant à ce qu'elle me dise que j'avais tort. Et bien, quelle surprise ! Elle me pousse à me défendre ? N'a-t-elle toujours pas compris que j'agis de manière impulsive et certainement pas de la manière la plus diplomate qui soit ? Elle n'a cependant pas tort concernant mon éditeur. Il est constamment derrière mon dos et me pompe l'air. Je fixe ce dernier avec une expression singulière dans le regard. Prête à le dévorer. Le titan remarque du mouvement, je garde les yeux rivées sur la folle qui se jette sur le buffet tout en digérant les paroles de mon avocate. Il fallait que je rabaisse son ego. Les mots peuvent faire mal, mais cette fois, il me faudrait plus que ça pour qu'on arrête de me prendre pour une bête de foire.

Un serveur s'approche, nous propose des petits fours. Je lui lance un regard qui lui glace le sang, le message passe rapidement, il file fissa tandis que je remonte sur scène. J'affiche un grand sourire plutôt rare : je fais clairement du cinéma devant mon public, reprenant le micro, coupant à nouveau mes confrères.

- Rien de mieux que des exemples pour appuyer vos propos lors d'un débat, n'est-ce pas ? Malheureusement, sauf si nous avons des rescapés de la Pryce Tower, personne n'est capable d'imager ses propos.

Je fixe mes confrères qui ne comprennent pas bien où je veux en venir. Je les traite d'incapables pompeux avec un balai dans le cul en dehors du micro, puis reprend mon immense sourire pour continuer ma logorrhée :

- Vous avez de la chance, je suis la plus à même de vous montrer ce que c'est que de vivre dans un roman d'horreur et pourquoi c'est un vrai genre qui mérite d'être défendu. Attention à la tête, les amis, vous risquez d'être bousculés.

Mes yeux s'assombrissent cette fois et la pièce commence à s'assombrir, elle aussi. Les murs tremblent, les gens commencent à avoir peur mais une main m’empoigne le bras, me coupant dans mon élan. Je me tourne et vois Joséphine qui se tient face à moi. Visiblement, ce n’est pas ce à quoi elle s’attendait. Je serre les dents, furieuse. Je n'aurais pas pu faire mon show, à nouveau.


evil woman



Spoiler:
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Rej3Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! B068Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ziu8
Josephine Sørensen
Josephine Sørensen
Il va faire tout rang
Âge : 39 ans
Supers : Détecteur de mensonge
Occupation : Avocate spécialisé dans les affaires de Supers
Habitation : Burton Ridge
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ezgif.com-gif-maker_1
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ezgif.com-gif-maker
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Tumblr_o8sf83Y1sl1rskel5o2_r2_250
https://makeadifference.forumactif.com/t806-better-call-jo
Lun 23 Nov - 16:17 #
.
Josephine avait conscience d'avoir pris un risque en s'adressant de cette manière à sa cliente. Guidée par cette certitude, ou ce doute, elle entreprit de la suivre quand celle-ci regagna la scène. Sur le chemin, elle troqua son verre vide contre un nouveau cocktail de fruit. Quelque chose lui soufflait qu'un breuvage bien plus fort aurait été le bienvenu pour affronter la situation. Dans l'ombre de Nora, Josephine se fit discrète, tout en maintenant quelques pas entre elles deux.

L'entrée en matière de l'écrivaine aurait dû la mettre sur la voie. Mais, alors qu'elle trempait distraitement ses lèvres dans sa boisson et qu'elle observait les spectateurs, un délicieux frisson lui remonta dans le dos. L'arc électrique effaçait sur son passage les tensions nerveuses et les inquiétudes. La sensation était douce, agréable. Néanmoins, elle ralentissait sa réflexion. Toute à ses impressions, pour le moins étrange, l'avocate mit du temps à réagir. Il fallut que la luminosité baisse drastiquement pour qu'elle jette enfin un regard à Nora. La noirceur de ses yeux la rendait impressionnante à voir. Elle la nimbait d'une autorité charismatique impossible à contester. Josephine le fit pourtant, d'une main sur son bras.

Aucune peur ne se lisait dans ses yeux clairs quand elle rencontra ceux, furibonds, de sa Nora. Quelques secondes encore, pour rassembler les mots éparpillés dans sa tête. La raison pour laquelle elle l'avait stoppée lui échappait. Il n'en restait qu'une conscience confuse. - Ne vous trompez pas de cible, souffla Josephine à voix basse. Il y avait de ça dans sa première intention. Le public n'avait rien à voir avec l'affront commis. Quelque chose, pourtant, lui échappait encore. - Je pense qu'eux ont compris votre point de vue. Votre ennemi, n'est pas là, Nora. Laissez-le se ridiculiser de lui-même. Pour ne pas perdre tout à fait la face, l'avocate modela un sourire de connivence, fermant un instant les yeux, avant de lâcher le bras de la diva pour reculer d'un pas. Il ne lui restait plus qu'à espérer avoir été entendue. Si tel n'était pas le cas... Elle y penserait plus tard.


Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Signa

“I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.”
- Oscar Wilde -
Beatriz Anderson
Beatriz Anderson
Rang super naze
Âge : 38 ans mais allant sur ses 39 ans
Supers : Gazéification
Occupation : Hôtesse de l'air
Habitation : Burton Ridge
https://makeadifference.forumactif.com/t962-beatriz-anderson-fly
Ven 4 Déc - 23:19 #
.
Je regardais toujours cette femme qui avait préféré s'enfuir vers le buffet plutôt que d'avoir une petite conversation. Peut-être était-ce le destin...
J'hésitais à aller la rejoindre. Peut-être souhaitait-elle être tranquille ? Mais... Si quelque chose n'allait pas dans sa vie ? Si elle était comme ces passagers, anxieux du vol mais tout aussi inquiets sur les problèmes qui plombaient leur vie ?

Après quelques instants d'hésitations, entre mon regard qui faisait des allers-retours entre le public, les auteurs et l'élément perturbateur de la soirée, je décidai de me diriger vers cette femme. Peut-être que j'allais pour égayer un peu cette soirée.

Mais dès mon arrivée, je fus distraite par un serveur qui me proposa des petits macarons. Ce que j'acceptais avec un grand plaisir! Qu'est-ce que je ne ferais pas pour des petites gourmandises ? J'engloutissais et celui et eut instantanément une sensation étrange. Tout le long de mon échine j'eus comme des sortes de petits frissons. Étrange... Pourtant la nourriture n'était ni mauvaise, ni froide. J'avalais l'autre moitié lorsque soudainement la brune reprend le micro. C'était parti pour une belle ambiance dis-donc!

«Mon dieu, mais qu'est-ce que c'est que ce cirque ? Mais qui peut la stopper ?» murmurais-je presque à moi-même.

Devenait-elle folle ? Cela allait faire jaser. À moins que son but ne soit purement et simplement de faire parler d'elle! Et puis la salle commença à s'assombrir et les murs à trembler.

«Qu'est-ce que c'est ? Un tremblement de terre ?» dis-je d'une voix pleine d'effroi.

Je vois, du moins de ce que je pouvais voir, des visages plus qu'anxieux. Puis une voix émit un hurlement, comme si celle-ci voyait un spectacle cauchemardesque se réaliser devant ses yeux. Suite à cela, d'autres suivirent. Et ce fut une contagion. Etait-ce dû à mon commentaire ou à ce qui était entrain de se passer ? Peut-être un peu des deux. Mais je me demandais si c'était cette femme qui avait produit cette scène ? Ou quelqu'un d'autre ? Au final, je ne devais pas tergiverser! Il fallait que je me protège rapidement. Je montrais à une voisine, une table sous laquelle s'abriter et l'y rejoignit rapidement. Un autre nous suivit avec un serveur. Qu'est-ce qui pouvait bien se passer de pire maintenant ?
Joaquim Cervera-Bernal
Joaquim Cervera-Bernal
Rang super naze
Âge : Quarante ans.
Supers : Zappa | Pyrokinésie - Il peut manipuler le feu sous toutes ses formes, de la petite flammèche à l'incendie. Il ne peut cependant pas le créer, aussi doit-il avoir une source à proximité s'il souhaite le commander.
Occupation : Officiellement vigile sécurité pour l'entreprise Gordian Knot. On l'envoie également "récupérer" les objets des clients en cas de vol. | Officieusement, membre de la cellule criminelle du même nom. Il n'a pas son pareil pour crocheter une serrure avec ce qui lui tombe sous la main. Il assure aussi les arrières des chapardeurs en cas de pépin.
Habitation : Un appart' miteux à Southwood. Il aime la discrétion.
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Yl85
https://makeadifference.forumactif.com/t891-joaquim-burn-baby-bu
Mer 9 Déc - 20:45 #
.
C'est tout moche, sorry guys a écrit:(désolée, j'ai pas du tout eu le temps / la foi du rp, donc en accord avec le MJ, je vous mets les grandes lignes de ce qu'il se passe pour Jojo)

- il s'amuse de Nora qui refait son cinéma
- jusqu'à ce qu'il se prenne un petit coup de flippe à cause d'elle (je suppose qu'il voit ses yeux et étant lui-même un Super et en côtoyant régulièrement, il sent la connerie)
- mais il est obligé de passer à autre chose, vu qu'il remarque un serveur chelou
- il va voir le serveur mais un autre lui renverse un plateau dessus, ce qui le fait jurer en espagnol
- (résultat 5 au dé donc :) il capte que c'est pas par hasard si on lui barre la route et, tout en engueulant le mec, comprend qu'il y a un problème avec le buffet.
MAD
MAD
choose your justice
Occupation : Being MAD
Habitation : Astoria
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Tumblr_ozh0owSVc61t1zraco1_400
Jeu 10 Déc - 9:47 #
.
Débat.

Nora, Joséphine,

Beatriz et Joaquim



31 Octobre 2020 | 17h30 | Restaurant Tiki’s - Hillcrest Heights



Si le débat a repris et que chacun, ou presque, a trouvé de quoi se restaurer, plusieurs personnes dans la salle commencent à se sentir étranges. C'est le cas notamment de Joséphine et Beatriz qui sentent leurs pouvoirs s'amplifier lentement mais surement.

A table, autour de Nora, deux autres auteurs s'avèrent être des supers. Devant eux, cocktails bien entamés et miettes de petits fours sont visibles. S'ils ont jeté un regard aussi effrayé qu'indigné à la brune suite à son petit tour, voilà qu'eux-même s'y mettent. L'un émet de la musique classique de son corps, encore faiblement. Mais l'autre se met debout et ses mains tendues vers l'avant s'enflamment d'un coup.

C'est la stupeur dans le public, et les cris reprennent. Heureusement, sous l'effet des flammes, les détecteurs incendie se mettent en route, l'assourdissante alarme se déclenche et l'eau s'écoule, arrosant absolument toute la pièce. Si les mains de l'écrivain s'éteignent, d'autres sont en proie au manque de contrôle de leurs pouvoirs. L'inconnue auparavant assise près de Beatriz et Joséphine entame d'ailleurs une hideuse mutation animale.

L'effroi gagne tout le monde et c'est la ruée vers les portes, impossibles à ouvrir, comme fermées de l'extérieur. Joaquim, tu remarques d'ailleurs que les serveurs que tu as repéré ont tout bonnement disparu.


Lancers de dés :

Nora, je vais te demander de lancer en premier.  Les autres, il vous faudra prendre en compte son résultat !

Donc, Nora, tout cela est bien trop pour toi et tu décides de lancer ton pouvoir.
Je te laisse en choisir les 3 variantes avant de lancer ton dé (bruits affreux, pièce totalement dans le noir etc, fais toi plaisir !)

Joséphine et Beatriz :

1-2 : ton pouvoir est encore maitrisable
3-4 : tu as des difficultés à le contrôler
5-6 : tu n'arrives plus du tout à le contrôler

Joaquim :
Ton pouvoir ne sert à rien à cause de l'eau, mais tu as le choix :

1-2 : tu tentes d'ouvrir une fenêtre, en vain pour le moment
3-4 : tu rejoins Nora qui te semble être celle à maitriser (un second lancer te sera demandé)
5-6 : tu t'approches de Joséphine pour l'éloigner et la protéger

Si tu rejoins Nora :

1-2 : tu tentes de la raisonner en lui parlant
3-4 : tu lui décoches un coup de poing pour la calmer et la stopper
5-6 : elle te mord dès que tu approches une main d'elle, tu ne peux rien faire


Informations de jeu :

Plusieurs longues minutes s'écoulent durant cette scène. N'oubliez pas l'alarme et l'eau des détecteurs qui ne s'arrêtent pas, les cris, la peur qui règne.

Bonne chance !

Nora Williams
Nora Williams
5 pièces d'or et un sandwich au poulet
Âge : 29 ans
Supers : Chimera peut créer l'illusion d'à peu près tout et n'importe quoi. Pourvu qu'elle l'est déjà vu. Durant un court laps de temps, elle peut créer un objet, une animal voire une personne. A de rares fois, elle a pu plonger des personnes dans un décor totalement différent, au point de lui faire oublier ce qu'il y a réellement autour. Mais cette capacité lui prend beaucoup trop d'énergie. Les rares fois où elle a dû l'utiliser, elle y a été contrainte pour sauver sa peau et a mis des jours à s'en remettre. Elle reste donc sur des choses simples et plausibles, qui ont d'ailleurs parfois plus d'effets qu'une grosse mise en scène. Inutile d'en faire des caisses pour être crédible, elle l'a bien compris. Nora reste cependant prudente : à trop jouer, ce pouvoir pourrait certainement la rendre plus folle qu'elle ne l'est déjà.
Occupation : Ecrivain
Habitation : Hillcrest Heights
Queen of the ashes
Sam 12 Déc - 20:30 #
.
Mon avocate a pu m'arrêter mais subitement, les gens ont l'air de se sentir mal. Je fronce légèrement les sourcils quand je vois l'un des auteurs qui fait un concerto à lui tout seul. Je suis éberluée et échange un regard à Josephine qui n'a pas l'air d'aller bien non plus. Près de moi, l'un d'eux se lève et tend ses mains en direction de Josephine et moi, je la tire juste à temps pour éviter le lance-flamme ambulant. Un bout de ma robe s'enflamme, je tape dessus rapidement tandis que l'alarme incendie retentit et que l'eau s'abat sur nous. Ma robe préférée est foutue, mes cheveux et mes vêtements sont trempés. J'enrage. Habituellement, je me fais chier, mais alors là, c'est beaucoup trop. Ils vont tous payer.

Je m'apprête à sortir de scène mais au vu de la foule, personne ne peut sortir. Les portes sont coincées. C'est une putain de blague ? Je serre les dents. Est-ce qu'on a voulu me tendre à piège à moi ? A quelqu'un d'autre ? J'ai beau réfléchir, je ne comprends pas. J'approche d'un petit four entamé et le sens. Je n'arrive pas à comprendre ce qu'il cloche, pourquoi utilisent-ils tous leurs pouvoirs subitement ? Est-ce que c'était prévu ? Quelqu'un a voulu mettre en porte à faux les Supers ?

Je regarde le carnage sur la scène, furieuse que ça ne soit pas moi. Je regrette à nouveau ma superbe robe et finis par me dire que foutu pour foutu, autant terminer les choses comme elles doivent être. S'ils veulent du show, ils en auront.

Mes yeux s'assombrissent à nouveau, sans personne pour m'arrêter. La pire chose qu'ils puissent voir, leur plus grande peur. Je sais que mon pouvoir agit sur leurs cerveaux, que je suis capable de leur faire voir n'importe quoi, leur distordre la réalité, quoi de plus facile que d'appuyer sur l'immense bouton du cerveau où il est écrit « phobie », « peur », « grand méchant loup ». Faisons retomber ces misérables personnes dans les bas-fonds de leur moi-profond. Qu'ils redeviennent des enfants qui ont peur du monstre sous le lit. Qu'ils voient la chose la plus terrible que leur cerveau puisse leur faire vivre. En attendant, j'attrape la chaise la plus près et admire le spectacle. Un malin finira bien par réussir à ouvrir une porte... ou une fenêtre ?


evil woman



Spoiler:
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Rej3Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! B068Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ziu8
Josephine Sørensen
Josephine Sørensen
Il va faire tout rang
Âge : 39 ans
Supers : Détecteur de mensonge
Occupation : Avocate spécialisé dans les affaires de Supers
Habitation : Burton Ridge
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ezgif.com-gif-maker_1
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Ezgif.com-gif-maker
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Tumblr_o8sf83Y1sl1rskel5o2_r2_250
https://makeadifference.forumactif.com/t806-better-call-jo
Dim 13 Déc - 20:19 #
.
Non.... Pas encore. Cette pensée se répétait en boucle dans sa tête alors que le débat virait à la catastrophe. Pour avoir vécu une situation similaire quelques semaines auparavant, Josephine sentit l'angoisse lui monter à la gorge. Ce ne pouvait pas être une coïncidence. Elle s'attendait à tout moment à ce que les choses empirent. Il fallait qu'ils sortent. Le plus tôt serait le mieux. Quant à la sensation qu'elle avait éprouvée plus tôt... Par acquis de conscience, elle observa la salle en se concentrant sur son don. Les incohérences l'assaillirent immédiatement, comme autant d'insectes lui bourdonnant auprès des oreilles.

Sa gorge se serra tandis qu'elle peinait à reprendre la maîtrise de sa capacité, à s'en détacher autant que possible. Nora lui permit d'échapper de justesse à un dérapage incontrôlé et enflammé. Le cœur au bord des lèvres, Josephine peinait à rassembler les mots pour s'exprimer.

Et, alors qu'elle pensait que la situation ne pouvait pas être plus désastreuse, le décor se modifia. Elle était désormais seule, enfermée dans une cage de verre, derrière les vitres de laquelle des visages du passé l'observaient. Le mépris et la déception nimbaient leurs regards. Les murs se rapprochaient dangereusement. Son pouvoir s'emballait sans qu'elle ne puisse plus le contrôler, vrombissant puissamment à lui en faire exploser le crâne. L'angoisse qui la saisit accéléra dangereusement son rythme cardiaque.

C'était faux ! Elle le savait. Le mensonge frémissait sur sa peau, résonnant en écho à l'intérieur. Tout était factice et l'agressait. Cette certitude ne lui permit même pas d'effacer la terreur qui grandissait en elle. Son esprit, d'ordinaire si vif, peinait à rassembler les pièces du puzzle. Joséphine ferma les yeux, mains sur les oreilles. Comme si ces gestes, enfantins et instinctifs, pouvaient la protéger. Il n'en était rien.

- Arrête ça ! Tout de suite ! hurla-t-elle à l'adresse de Nora, ne sachant pas dans quelle direction diriger son cri. Voix cassante, ton glacial et tranchant. Voix cassée sur la fin, supplique terrorisée. La nausée la saisissait alors qu'elle sentit le froid fallacieux des murs se refermer contre sa peau. La sensation d'étouffement prenait le pas sur tout le reste. Personne n'allait la tirer de ce mauvais pas, cette fois-ci. Quelques mots, venus de son enfance lui revinrent en mémoire. Quelques mots prononcés par elle ne savait plus qui, et qui, pourtant, l'avaient profondément marquée. Nous sommes toujours seuls face à la mort, Josephine.


Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Signa

“I have the simplest tastes. I am always satisfied with the best.”
- Oscar Wilde -
Joaquim Cervera-Bernal
Joaquim Cervera-Bernal
Rang super naze
Âge : Quarante ans.
Supers : Zappa | Pyrokinésie - Il peut manipuler le feu sous toutes ses formes, de la petite flammèche à l'incendie. Il ne peut cependant pas le créer, aussi doit-il avoir une source à proximité s'il souhaite le commander.
Occupation : Officiellement vigile sécurité pour l'entreprise Gordian Knot. On l'envoie également "récupérer" les objets des clients en cas de vol. | Officieusement, membre de la cellule criminelle du même nom. Il n'a pas son pareil pour crocheter une serrure avec ce qui lui tombe sous la main. Il assure aussi les arrières des chapardeurs en cas de pépin.
Habitation : Un appart' miteux à Southwood. Il aime la discrétion.
Intrigue 1.2 : Dust everywhere ! Yl85
https://makeadifference.forumactif.com/t891-joaquim-burn-baby-bu
Dim 13 Déc - 22:09 #
.
Le Colombien dévisage le serveur avec une colère si visible que son vis-à-vis a un mouvement de recul. Il s'en cogne que son beau costume noir soit désormais tout bariolé de bouffe plus ou moins appétissante. En revanche, ce qui l'importe, c'est que cet homme, voire les deux, représentent une menace. Laquelle, il l'ignore. Mais il n'a pas été flic pendant bien trop longtemps pour ne pas être capable de repérer une embrouille à deux bornes de là. D'ailleurs, il va pour saisir le premier par le bras, histoire de le faire conduire dehors pour éclaircir l'affaire, mais le soudain désordre ambiant l'en empêche. Ci et là, les gens s'agitent. D'abord, c'est une musique semblant sortir des tréfonds d'un être humain qui plante le décor, puis, l'apothéose : un type s'enflamme. Littéralement. Et non, ce n'est pas lui. Notre pyromane a les mains tout à fait exemptes de tout début de brasier. Il sait qu'il devrait intervenir sur-le-champ. Le feu, il peut le contrôler, surtout à une si maigre distance. Il pourrait le récupérer et l'étouffer. Sauf que ce n'est pas son premier réflexe. Ses pouvoirs, ils les dissimulent depuis toujours. Il n'est pas question de s'exposer, encore moins pour une assemblée d'inconnus. Son instinct de protection ne s'étend pas au-delà de la Gordian ou de ses proches - l'un allant souvent avec l'autre, exceptée sa famille.

De toute façon, l'aurait-il voulu qu'il n'en aurait pas eu le temps. Les détecteurs se déclenchent et c'est un déluge qui s'abat sur la salle. La chemise lui collant à la peau, il se débarrasse de sa veste, beuglant des ordres à ses camarades vigiles - l'eau semble avoir aussi détraqué les ondes de leurs oreillettes. Sauf qu'au lieu de se déployer à travers l'endroit, il voir, à l'instar des invités, ses collègues se confondre en hurlement de terreur absolue. Lui-même secoue la tête, comme pris de tics presque compulsifs. Des images cherchent à se frayer un chemin dans son esprit. Des voix, également. Tu n'as pas su me protéger, pendejo. Il reconnaît cette intonation accusatrice, ainsi que celles qui suivent. Quel poulet de merde tu faisais, t'as bien fait de claquer la porte, connard. Aux voix se mêlent des silhouettes, parfois en état de décomposition avancée. Joaquim expulse un soupir bruyant de ses narines trempées. T'as aimé me tuer, pas vrai ? Je suis sûre que quelque part, ça t'a même un peu excité ... Il ferme les yeux. Grogne, même. Ce n'est pas réel, il le sait. Il est trop pragmatique pour se laisser berner par ces âmes revenues d'outre-tombe. Aussi réelle que soit sa peur, elle ne parvient pas à l'aveugler tout à fait. L'horreur, il la côtoie régulièrement, presque chaque jour, depuis l'enfance. Subie et choisie. Mais ce sont les hurlement de @Josephine Sørensen qui achèvent de le ramener les pieds sur terre. Ses prunelles encore voilées guettent la source de leurs malheurs, jusqu'à tomber sur la furie qu'est devenue @Nora Williams. D'accord, un peu plus tôt, il s'amusait pas mal de son sens très personnel du spectacle. Maintenant, il n'y trouve plus matière à rire du tout. Hésitant à rejoindre l'avocate, il finit par s'avancer vers la romancière à la place. Le seul moyen d'aider la première - et tous les autres - est de neutraliser la seconde. « Miss Williams. Nora. » Son ton transperce le soin suraigu de l'alarme. Il s'approche lentement, comme un dompteur face à un animal sauvage. Ce qu'elle est sans aucun doute. « Nora. Revenez avec moi, vous voulez bien ? Je vais pas vous dire que ça en vaut pas la peine. On est d'accord, ce sont tous des cons. Mais là, honnêtement, vous foutez mon job en l'air. Alors si vous le faites pas pour les autres, faites-le pour moi ? J'ai réfléchi et ouais, ce serait sympa d'aller ailleurs, vous et moi. » Peut-être même que grâce à sa chemise blanche devenue transparente à cause de l'onde, il fera double effet. Ou pas. Soit son charisme est définitivement en berne, soit, la jeune femme est partie très loin de lui, d'eux tous. Il ne connaît que trop bien cette sensation. « Allez, cariña ... » Les visions se font de plus en plus prégnantes à mesure qu'il essaie de la raisonner. D'autres voix l'assaillent, l'attrapent de leurs griffes délétères. Il n'est pas suffisamment résistant. Et, force est de constater également qu'ils ne peuvent pas tenir ainsi plus longtemps. Alors, il fait la dernière chose qu'il aurait souhaité, ou pensé faire. Son poing se lève et percute la mâchoire de la romancière. Un bon crochet du droit, propre et sans bavures. Il a tout de même la décence de la rattraper au vol avant qu'elle ne s'écroule. « Désolé, ma belle. Plus le choix. » Pas sûr qu'elle soit d'accord avec lui, cela dit.
Beatriz Anderson
Beatriz Anderson
Rang super naze
Âge : 38 ans mais allant sur ses 39 ans
Supers : Gazéification
Occupation : Hôtesse de l'air
Habitation : Burton Ridge
https://makeadifference.forumactif.com/t962-beatriz-anderson-fly
Lun 21 Déc - 17:26 #
.
Sous la table j'ai peur. Honnêtement. Entre le pyromane, l'homme orchestre et cette ambiance, je n'ai qu'une seule envie: partir.
Mais je n'ai pas l'impression d'apercevoir une quelquonque sortie à l'horizon dans cette salle des horreurs! Et toute cette agitation! Et cette alarme incendie qui vient de s'activer à l'instant! Mais un malheur n'arrive jamais seul!

Entre les gens qui sont terrifiés, qui crient encore. Une scène plus qu'étrange semble se passer dans cette salle. Et je suis loin d'être la seule. Une des personnes qui s'est réfugiée avec moi s'est saisis de son téléphone afin d'immortaliser la scène. Moi, j'ai trop peur pour faire quoique ce soit d'autre. Tout me semble terrifiant.

Et c'est à ce moment-là, que je ne comprends plus rien. Je suis en plein vol, avec les passagers. Je ne sais pas si c'est un rêve ou la réalité. Me suis-je réveillée d'un bien cruel cauchemar ? Les passagers du vol semblent sereins.
Et puis tout bascule! L'avion part vers l'avant, un passager également. Je crie de mettre la ceinture! Mais l'horreur s'ajoute au tout ! Est-ce un cauchemar que je suis en train de faire ? Je dois rapidement me sortir de là! Les pilotes vont certainement se ressaisir! J'aide une dame alarmée. Puis l'avion se stabilise, les gens applaudise. La paix semble être revenue. Mais la même dame âgée me désigne. Je ne comprends pas ce qu'elle montre du doigt. Il ne semble ne rien manquer.

Jusqu'à ce que je sente comme ce que je ressens à chaque fois que mon don s'est dévoilé. C'est cette curieuse sensation qui commence à me faire prendre conscience que je ne suis plus exactement là. Non! Pas maintenant! Je cours directement vers les toilettes pour m'y cacher. A l'intérieur, le miroir me montre mon visage invisible... Puisqu'il a déjà commencé à s'évaporer. Et pourtant l'horreur n'est atteinte que par le cri derrière moi. J'ai complètement oublié de fermer la porte et cellec-ci me pointe du doigt en me traitant de «Monstre !». Je n'ai qu'une seule envie, c'est de m'extirper de cet enfer!
Contenu sponsorisé
#
.